Le Petit Journal de Monaco

Journal électronique

A propos de l’opération immobilière du Palais de la plage

Posted by lepetitjournaldemonaco sur 4 mars 2015

Le Gouvernement princier tient à apporter des précisions quant à la réalisation de l’opération immobilière du Palais de la plage. Il s’agit d’une opération privée sur un terrain privé situé dans un quartier régi par les dispositions de l’Ordonnance souveraine n°2869 du 3 août 20v10 dont les dispositions réglementaires relatives au Palais de la plage ont été examinées sur les plans volumétriques et fonctionnels au cours du Comité consultatif pour la construction du 17 octobre 2013 et ont recueilli un avis favorable à l’unanimité. Le Gouvernement n’a donné à cette occasion aucune autorisation de surélévation au-delà de ce que permet ladite Ordonnance qui règlemente ce quartier. Le futur immeuble, qui ne sera pas grande hauteur de type IGH (immeuble de grande hauteur), s’inscrira dans l’urbanisme global de ce quartier résidentiel. Concernant le permis de démolir, il n’existe pas d’obligation légale pour exiger du promoteur qu’il dépose simultanément le dossier de demande de démolir et celui de construire, en application de l’article 3 de l’Ordonnance souveraine 3.647 du 9 septembre 1966, modifiée. Enfin le Comité consultatif pour la construction a donné un avis favorable à la majorité des membres présents sur le permis de démolition sous réserve, notamment, que le promoteur s’engage à déposer le dossier de demande d’autorisation de construire dans un délai de deux mois après la fin des travaux de démolition de l’immeuble.
Pour Daniel Boeri, président de la Commission Culture et Patrimoine au Conseil national, la destruction du Palais de la Plage provoque dans tout Monaco un émoi légitime. Ce bâtiment des années 30 est détruit, et en pleine nuit, contrairement aux usages en vigueur. Et aucune information relative au projet de substitution n’a été donnée à la population. Seuls quelques personnes semblent avoir été dans la confidence. Ce qui fait craindre pour l’avenir. Si un opérateur privé peut procéder à une destruction sans qu’un projet de reconstruction ne soit présenté aux autorités. Le Palais de la Plage ne figure pas dans la liste des « éléments bâtis remarquables, inscrits dans un document d’urbanisme ». Sa destruction relève donc des procédures habituelles, donc normales de la Principauté. L’opération est donc légale, sauf à découvrir des vices cachés. « Cette destruction met en lumière une pratique pour le moins non adaptée aux besoins du pays relatifs aux constructions. L’importance de l’immobilier à Monaco doit conduire à revisiter, dans ce domaine, les méthodes de travail. Il convient de rappeler que le Conseil national n’a pas en charge les règlements d’urbanisme et les Ordonnances souveraines fixant les règles de démolition et de permis de construire. L’absence d’information générale sur le projet futur revient à considérer les Monégasques et les résidents comme des enfants incapables de raison. Je laisse juge les uns et les autres ». Et le conseiller de conclure « Avec le futur Institut du Patrimoine il ne sera pas trop tard pour procéder à un nouvel inventaire du patrimoine immobilier au sens large et examiner les projets futurs à la lumière de la valorisation du patrimoine du futur de Monaco ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s