Le Petit Journal de Monaco

Journal électronique

La rue des Agaves devient la rue Hubert-Clerissi

Posted by lepetitjournaldemonaco sur 8 décembre 2014

Cette voie du quartier de la Condamine vient de changer de nom pour prendre celui du peintre monégasque qui avait son atelier à deux pas de là. Pour le maire Georges Marsan qui dévoilait la nouvelle plaque aux côtés du prince Albert II, des membres du gouvernement, des élus communaux et nationaux « Attribuer le nom d’Hubert Clerissi à une voie publique, c’est lui garantir qu’il continuera à exister dans les mémoires, les conversations quotidiennes, les actes administratifs, les plans de la ville ». Le peintre monégasque Hubert Clerissi était bien connu dans le quartier de la Condamine. Il a eu un fils qui est l’actuel conseiller national Philippe Clerissi. Et celui-ci d’évoquer des souvenirs « Ce que mon père avait de plus cher après sa famille, c’était son atelier au sous-sol du 8 de la rue Augustin-Vento. D’aucuns disent que la vie d’artiste rime avec vie de bohème. Ils n’ont pas tort. La grande majorité des personnes ici présentes ont été impliquées dans l’histoire de l’atelier parce que sa porte était toujours grande ouverte et qu’il comportait… une cuisine et un bar. Et la renommée de la cuisine de ma mère et du bar de mon père dépassait celle du quartier! ». Il parle avec émotion des visites que LL.AA.SS. le Prince Rainier III et la Princesse Grace rendaient au peintre afin de voir ses derniers tableaux. Philippe Clerissi s’est donc particulièrement réjoui de voir S.A.S. à cette inauguration de la rue. Georges Marsan rappelle qu' »Hubert Clerissi a vu le jour le 16 mai 1923, et c’est avec son père René, fonctionnaire aux Travaux publics et aquarelliste de talent qu’il découvre l’art de peindre. Dès onze ans, il se distingue lors d’une exposition locale et obtient le premier prix de peinture ». L’artiste aura participé à une quarantaine d’expositions particulières et une trentaine d’expositions de groupe. Il affectionnait les natures mortes mais aussi les représentations de trains, de tramways, il a même dessiné des timbres de Monaco. Et le maire de Monaco de conclure « Si bien que Marcel Pagnol déclara en 1956: cet artiste s’est attaché à tous les moyens de locomotion tant et si bien que si l’on nommait un gouvernement de peintres, Clerissi deviendrait sans doute ministre des transports ». Philippe distille une ultime anecdote « Mon grand-père était passionné de plantes grasses, il avait dessiné des timbres représentant des agaves. Il ne nous en aurait pas voulu de remplacer le nom de cette rue par celui de son fils! ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s