Le Petit Journal de Monaco

Journal électronique

La protection du monde marin est récompensée

Posted by lepetitjournaldemonaco sur 21 octobre 2014

Hier soir, lundi 20 octobre, S.A.S. Albert II et Ségolène Royal ministre français de l’Écologie, du développement durable et de l’énergie, assistaient à Paris à la remise des plus hautes distinctions de l’Institut océanographique de Monaco. La cérémonie avait lieu à la Maison des océans. Depuis 1948, sont ainsi honorés de la Grande médaille Albert-Ier, ceux qui s’appliquent à connaître et à protéger les océans. Elle était réservée jusqu’à maintenant aux scientifiques, cette année, elle a été accessible à des personnalités publiques, grâce à une section « médiation ». Sandra Bessudo, une Franco-Colombienne née de mère belge et de père français, est devenue la première Grande médaillée « Médiation ». Plongeuse, militante, biologiste et ministre de l’Environnement dans son pays depuis 2010, Sandra Bessudo a été récompensée pour son combat visant à préserver l’île de Malpelo. Située à quelque 500 km des côtes colombiennes, elle est classée au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2006. Sandra Bessudo a révélé « A chaque fois que je me rends dans l’eau, je vois un feu d’artifice qu’on ne se lasse pas de regarder et que l’on envie d’aimer de plus en plus ». La médaille 2014 de la section Science est revenue à Édouard Bard, scientifique français. professeur au Collège de France où il est titulaire de la chaire Évolution du climat et de l’océan depuis 2001, membre de l’Académie des Sciences et de la National Academy of Sciences des USA, qui est actuellement directeur adjoint du CEREGE, Centre Européen de Recherche et d’Enseignement des Géosciences de l’Environnement, d’Aix-en-Provence. Ses travaux scientifiques recouvrent aussi bien la climatologie, l’océanographie que la géologie. Pour comprendre les évolutions actuelles, Édouard Bard étudie les variations naturelles du climat à travers les âges. Il Ainsi, a-t-il pu corriger certaines « dates » fondamentales du calendrier des variations du climat de la Terre. Quant au Prix de la thèse 2014, il a été remis à Steeve Comeau pour son essai « De l’arctique aux tropiques, impact de l’acidification des océans sur les organismes marins ». Ce brillant étudiant, diplômé d’un Master en Océanographie – spécialité Biologie et écologie marines -, est aussi passé par le laboratoire d’océanographie de Villefranche-sur-Mer pour préparer sa thèse de doctorat. Il cherche à mesurer l’impact de l’homme sur la mer et les écosystèmes. De nombreuses personnalités franco-monégasques et des scientifiques émérites, spécialistes du monde marin, ont participé à cette cérémonie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s